Imperial Cleaning

N°1 des Clubs de vacances en France

Elle se leva et baissa sa culotte de soie. Breast Lovers Dream

Une belle rencontre en 3 étapes

Free Trial on Pornhub Premium

Elle avoue se branle dans le train!! Rencontre dans un motel. La lope se promene dans son allee. Rencontre BDSM fessee et divertissements. Une Rencontre dans un Hotel. Belle rencontre dans un cafe parisien. Ballade en velo BS et rencontre. Salope blonde se branle dans les toilettes du train. Folies dans le train. Rencontre libertine 2 amatrices sucent une gr. Levrette dans le video club avec une Escort.

Une petite rencontre dans les bois. Rencontre dans le train - histoire érotique. Gris clair Gris Blanc. Les auteurs apprécient les commentaires de leurs lecteurs.

Jizze Vraiment excitante, vivement une suite ou meme une autre histoire aussi bonne que celle ci, merci. Super je suis tout excité par ton récit jolie Vanessa. J'aimerais beaucoup être aussi assis près de toi Autres histoires érotiques publiées par Choco-vaness. Romain, subodorant une aventure avec sa plantureuse compagne accepte avec empressement. C'est ainsi qu'ils se rendent tous les deux dans l'appartement qu'elle possède dans un immeuble bourgeois de l'avenue Bosquet, à dix pas de l'École militaire.

L'ascenseur, est un ancien modèle en bois dont la signalisation indique qu'il reçoit au maximum deux personnes. Romain et Victoria sont donc coincés l'un contre l'autre. Le temps d'arriver au cinquième, l'ascenseur étant très lent, Romain a pu apprécier la gorge généreuse de la femme qui se presse contre lui. Le renflement de son sexe qui développe une érection dans son pantalon s'appuie sur le ventre de Victoria qui ne peut l'ignorer à travers sa jupe.

Elle laisse poindre un soupir un peu haletant, encourageant de ce fait Romain, qui s'enhardissant, pose brièvement ses lèvres sur sa bouche entrouverte. Elle répond avec chaleur à cet imperceptible baiser, embrassant cette fois à pleine bouche Romain tout en lui glissant une langue agile entre les lèvres.

Alors il la saisit dans ses bras tout en la serrant contre lui, sa verge venant buter durement à travers l'étoffe sur le pubis renflé de la quinquagénaire. Une de ses mains se glisse sous la veste du tailleur, venant se poser à travers le corsage sur la poitrine qui palpite, laissant même ses doigts s'infiltrer sous le soutien-gorge, triturant quelque peu le mamelon d'un de ses seins volumineux. L'ascenseur arrive enfin à destination, mettant fin à leur étreinte et au tripotage effronté de l'homme.

Tous deux ont bien du mal à reprendre leurs esprits. Romain l'aurait bien troussée et baisée, là, dans l'instant, debout dans l'ascenseur, mais il réalise que l'immeuble bien que très tranquille, a certainement d'autres copropriétaires.

Victoria toute rouge et confuse, reboutonne son chemisier, remettant ainsi un peu d'ordre dans sa toilette, tout en regardant en sortant si personne ne circule sur le palier. Romain constate qu'il y a seulement deux portes, donc un seul voisin apparemment. Elle ouvre rapidement et introduit Romain dans un appartement cossu, joliment décoré et meublé.

Victoria, encore toute chamboulée et émoustillée par son abandon dans l'ascenseur, s'est tout de même reprise. Elle invite Romain à s'asseoir dans le salon pendant qu'elle va chercher des rafraîchissements.

Elle les sert tous les deux, tout en s'installant face à son compagnon, essayant de dissiper le malaise qui s'est installé depuis qu'ils sont dans l'appartement. Depuis la mort de mon mari, je n'ai eu aucun homme dans ma vie et je ne sais pas ce qui m'a pris, une folie sans doute, vous êtes si jeune, beaucoup trop jeune, vous devez me trouver ridicule.

Romain s'est levé et s'est approché du fauteuil où Victoria est assise. Il s'agenouille devant elle et lui prend les mains dans les siennes.

Dès que je vous ai vu dans l'autobus, j'ai eu envie de vous connaître. Tout en lui parlant, il lui caresse les jambes et remonte ses mains très doucement sous sa jupe. Elle veut d'abord le repousser, ne sachant pas comment résister à cet homme trop jeune et trop beau pour elle.

Mais devant l'insistance ferme et subtile de Romain, elle renonce à se dérober, ne sachant vraiment plus quelle attitude adopter. Les mains si douces de l'homme qui la caressent à travers le fin nylon de ses bas lui procurent une sensation enivrante. Elle ferme les yeux, tout en se laissant aller à appuyer son buste sur le dossier de son fauteuil ce qui fait avancer son bassin vers le bord du siège, desserrant machinalement ses jambes et ses cuisses.

Cela permet à Romain, de glisser ses mains plus profondément sous la jupe et d'atteindre la lisière des bas. Victoria tressaille sous l'attouchement des doigts habiles qui viennent d'atteindre sa peau nue. Elle est paralysée par l'audace dont fait preuve le jeune homme et n'ose faire un geste ou protester, de crainte d'interrompre cet état de grâce.

Romain a retroussé la jupe jusqu'à ce que la culotte apparaisse, contemplant avec avidité ces jambes et ces cuisses, imposantes certes, mais dont le galbe est parfait. Elle représente la femme telle que Rubens a pu la peindre. La chair se montre très ferme malgré son âge, certainement à cause de sa rondeur qui dévoile un corps très appétissant. Romain caresse la cuisse le plus haut qu'il le peut, laissant aller ses doigts courir sous la dentelle de la culotte de satin.

Ils glissent alors sur un duvet très fin et font le tour des grandes lèvres, atteignant bientôt le haut du pubis.

La culotte qui est large laisse facilement passer les doigts et la main de l'homme jusqu'au ventre rebondi de la femme épanouie.

Rencontre dans le train