Imperial Cleaning

L’agenda des spectacles à Paris en 2018 - 2019 : le meilleur du théâtre, opéra, danse, cirque

Parce que la pruderie fait de la virginité et de la vertu des femmes un absolu, l'interdit qui est censé les protéger les désigne évidemment au désir des libertins. Du 28 février au 5 mars Danse, patinage Dome de Paris Palais des Sports Nouvelle mouture du spectacle tout public de patinage et de danse Holiday on Ice.

Un message, un commentaire ?


Personne ne voyait où La Crique en voulait venir. Ce disant, l'inventeur, l'eustache 3 à la main, creusa immédiatement dans les chairs rebondies d'une belle pomme rouge un trou qu'il évida avec soin, transformant en coupe originale le beau fruit qu'il avait entaillé. Et immédiatement il fit faire la distribution des pommes. Chacun se mit à la taille de son gobelet, tandis que La Crique, loquace 4 et triomphant, expliquait: Chacun ayant confectionné son gobelet, Grangibus et Lebrac débouchèrent les litres de vin.

Ils se partagèrent les convives. Le litre de Grangibus, plus grand que l'autre, devait contenter vingt-trois guerriers, celui de son chef vingt-deux. Les verres heureusement étaient petits et le partage fut équitable, du moins il faut le croire, car il ne donna lieu à aucune récrimination. Ils cherchent cependant à se donner un style de vie, notamment quand ils invitent leurs amis à la maison. Ils étaient neuf ou dix.

Ils emplissaient l'appartement étroit qu'éclairait une seule fenêtre donnant sur la cour ; un canapé recouvert de velours râpeux occupait au fond l'intérieur d'une alcôve 1 ; trois personnes y prenaient place, devant la table servie, les autres s'installaient sur des chaises dépareillées, sur des tabourets. Ils mangeaient et buvaient pendant des heures entières. L'exubérance et l'abondance de ces repas étaient curieuses: Ils ne faisaient aucune recherche; leurs préparations les plus complexes étaient le melon au porto, la banane flambée, le concombre à la crème.

Il leur fallut plusieurs années pour s'apercevoir qu'il existait une technique, sinon un art, de la cuisine, et que tout ce qu'ils avaient par-dessus tout aimé manger n'était que produits bruts, sans apprêts ni finesse.

Ils témoignaient en cela, encore une fois, de l'ambiguïté de leur situation: Les viandes en sauce - et même ils se méfièrent longtemps des pot-au-feu -, ne les attiraient pas ; ils gardaient un souvenir trop net des bouts de gras nageant entre trois ronds de carottes, dans l'intime voisinage d'un petit suisse 3 affaissé et d'une cuillerée de confiture gélatineuse. D'une certaine manière, ils aimaient tout ce qui niait la cuisine et exaltait l'apparat ; ils aimaient l'abondance et la richesse apparentes ; ils refusaient la lente élaboration qui transforme en mets des produits ingrats et qui implique un univers de sauteuses, de marmites, de hachoirs, de chinois, de fourneaux.

Mais la vue d'une charcuterie, parfois, les faisait presque défaillir, parce que tout y est consommable, tout de suite: I- Après avoir lu tous les textes du corpus, vous répondrez â la question suivante 4 points: En quoi ces scènes de repas informent-elles le lecteur sur le milieu social des personnages? Vous traiterez ensuite, au choix, l'un des sujets suivants 16 points: Commentaire Vous ferez le commentaire du texte de Guy de Maupassant texte B.

Dissertation Dans le roman, peut-on dire que les scènes de la vie sociale nous en apprennent autant sur les personnages que leur portrait physique et psychologique? Vous répondrez à cette question en vous appuyant sur des exemples tirés du corpus et sur des oeuvres que vous avez lues ou étudiées en classe. Vous rédigerez la scène du repas en décrivant les réactions des uns et des autres. Vous pourrez introduire des dialogues dans votre récit. Un soir il a l'audace de prendre la main de Mme de Rênal , qui finalement se laisse faire.

Quelques jours plus tard, lors d'un repas au jardin avec son amie Mme Derville, c'est elle qui cherche la main de Julien.

Certaine de l'affection de Julien, peut-être sa vertu eût trouvé des forces contre lui. Tremblante de le perdre à jamais, sa passion l'égara jusqu'au point de reprendre la main de Julien, que, dans sa distraction, il avait laissée appuyée sur le dossier d'une chaise. Cette action réveilla ce jeune ambitieux: Cette femme ne peut plus me mépriser: Une telle idée ne lui fût pas venue avant les confidences naïves faites par son ami. La détermination subite qu'il venait de prendre forma une distraction agréable.

II faut que j'aie une de ces deux femmes; il s'aperçut qu'il aurait beaucoup mieux aimé faire la cour à madame Derville ; ce n'est pas qu'elle fût plus agréable, mais toujours elle l'avait vu précepteur honoré pour sa science, et non pas ouvrier charpentier, avec une veste de ratine 1 pliée sous le bras, comme il était apparu à madame de Rênal.

C'était précisément comme jeune ouvrier, rougissant jusqu'au blanc des yeux, arrêté à la porte de la maison et n'osant sonner, que madame de Rênal se le figurait avec le plus de charme. En poursuivant la revue de sa position, Julien vit qu'il ne fallait pas songer à la conquête de madame Derville, qui s'apercevait probablement du goût que madame de Rênal montrait pour lui.

Forcé de revenir à celle-ci: Que connais-je du caractère de cette femme? Belle occasion de lui rendre tous les mépris qu'elle a eus pour moi. Dieu sait combien elle a eu d'amants! A vingt ans, l'âme d'un jeune homme, s'il a quelque éducation, est à mille lieues du laisser-aller, sans lequel l'amour n'est souvent que le plus ennuyeux des devoirs.

Je me dois d'autant plus, continua la petite vanité de Julien, de réussir auprès de cette femme, que si jamais je fais fortune, et que quelqu'un me reproche le bas emploi de précepteur, je pourrai faire entendre que l'amour m'avait jeté à cette place. Que de haine elle distille! Là, immobile, et les yeux ardents et fixes dans son appartement désert, comme les éclats de ses rugissements sourds, qui parfois s'échappent avec sa respiration du fond de sa poitrine, accompagnent bien le bruit de la houle qui monte, gronde, mugit et vient se briser, comme un désespoir éternel et impuissant, contre les rochers sur lesquels est bâti ce château sombre et orgueilleux!

Comme, à la lueur des éclairs que sa colère orageuse fait briller dans son esprit, elle conçoit contre Mme Bonacieux 1 , contre Buckingham, et surtout contre d'Artagnan, de magnifiques projets de vengeance, perdus dans les lointains de l'avenir! Oui, mais pour se venger il faut être libre, et pour être libre, quand on est prisonnier il faut percer un mur, desceller des barreaux, trouer un plancher ; toutes entreprises que peut mener à bout un homme patient et fort mais devant lesquelles doivent échouer les irritations fébriles d'une femme.

D'ailleurs, pour faire tout cela, il faut avoir le temps, des mois, des années, et elle Cependant, si elle était un homme, elle tenterait tout cela, et peut-être réussirait-elle: Aussi les premiers moments de la captivité ont été terribles: Mais peu à peu elle a surmonté les éclats de sa folle colère, les frémissements nerveux qui ont agité son corps ont disparu, et maintenant elle s'est repliée sur elle-même comme un serpent fatigué qui se repose.

Pas de violence, la violence est une preuve de faiblesse. D'abord je n'ai jamais réussi par ce moyen: Luttons en femme, ma force est dans ma faiblesse. Puis ses cheveux prirent successivement sous ses mains savantes les ondulations qu'elle crut pouvoir aider aux charmes de son visage. Enfin elle murmura, satisfaite d'elle-même: Fraternel et terrible geôlier: Milady a assassiné son époux qui était le frère de Lord de Winter.

Voici le portrait de madame Thénardier. On n'a encore aperçu dans ce livre les Thénardier que de profil ; le moment est venu de tourner autour de ce couple et de le regarder sous toutes ses faces. Thénardier venait de dépasser ses cinquante ans ; madame Thénardier touchait à la quarantaine, qui est la cinquantaine de la femme ; de façon qu'il y avait équilibre d'âge entre la femme et le mari.

Les lecteurs ont peut-être, dès sa première apparition, conservé quelque souvenir de cette Thénardier grande, blonde, rouge, grasse, charnue, carrée, énorme et agile ; elle tenait, nous l'avons dit, de la race de ces sauvagesses colosses qui se cambrent dans les foires avec des pavés pendus à leur chevelure. Elle faisait tout dans le logis, les lits, les chambres, la lessive, la cuisine, la pluie, le beau temps, le diable. Elle avait pour tout domestique Cosette ; une souris au service d'un éléphant.

Tout tremblait au son de sa voix, les vitres, les meubles et les gens. Son large visage, criblé de taches de rousseur, avait l'aspect d'une écumoire. Elle avait de la barbe. C'était l'idéal d'un fort de la halle 1 habillé en fille. Elle jurait splendidement ; elle se vantait de casser une noix d'un coup de poing. Sans les romans qu'elle avait lus, et qui, par moments, faisaient bizarrement reparaître la mijaurée 2 sous l'ogresse, jamais l'idée ne fût venue à personne de dire d'elle: Cette Thénardier était comme le produit de la greffe d'une donzelle sur une poissarde 3.

Quand on l'entendait parler, on disait: Au repos, il lui sortait de la bouche une dent. I- Après avoir pris connaissance de l'ensemble des textes, vous répondrez d'abord à la question suivante 4 points: En quoi le personnage central de chacun de ces textes est-il rendu antipathique?

Vous justifierez votre réponse en vous appuyant sur quelques exemples précis. Commentaire Vous ferez le commentaire de l'extrait des Trois mousquetaires , d'Alexandre Dumas texte B.

Ce type de personnage n'a-t-il pour fonction que de susciter le rejet du lecteur? Ronsard, Amours de Cassandre , XX Je voudrais bien richement jaunissant En pluie d'or goutte à goutte descendre Dans le beau sein de ma belle Cassandre, Lors qu'en ses yeux le somme va glissant 1. Je voudrais bien en taureau blanchissant Me transformer pour sur mon dos la prendre, Quand en avril par l'herbe la plus tendre Elle va, fleur, mille fleurs ravissant 2.

Je voudrais bien pour alléger ma peine, Etre un Narcisse, et elle une fontaine, Pour m'y plonger une nuit à séjour ;. Et si 3 voudrais que cette nuit encore Fût éternelle, et que jamais l'Aurore Pour m'éveiller ne rallumât le jour.

Allusion à Jupiter, qui descendit en pluie d'or sur Danaé. Jupiter enleva Europe en se métamorphosant en taureau. Un homme qui s'aimait sans avoir de rivaux Passait dans son esprit pour le plus beau du monde: Il accusait toujours les miroirs d'être faux, Vivant plus que content dans son erreur profonde.

Afin de le guérir, le sort officieux 2 Présentait partout à ses yeux Les Conseillers muets dont se servent nos Dames: Miroirs dans les logis, miroirs chez les Marchands, Miroirs aux poches des galants, Miroirs aux ceintures des femmes.

Que fait notre Narcisse? Il se va confiner Aux lieux les plus cachés qu'il peut s'imaginer, N'osant plus des miroirs éprouver l'aventure. Mais un canal, formé par une source pure, Se trouve en ces lieux écartés: Il s'y voit, il se fâche, et ses yeux irrités Pensent apercevoir une chimère 3 vaine. Il fait tout ce qu'il peut pour éviter cette eau; Mais quoi, le canal est si beau Qu'il ne le quitte qu'avec peine. On voit bien où je veux venir.

Je parle à tous; et cette erreur extrême Est un mal que chacun se plaît d'entretenir. Notre âme, c'est cet Homme amoureux de lui-même; Tant de Miroirs, ce sont les sottises d'autrui, Miroirs de nos défauts les Peintres légitimes; Et quant au Canal, c'est celui Que chacun sait, le livre des Maximes.

Auteur des Maximes , publiées en Qui rend des services des "offices". Le Narcisse Que veulent-ils tes dieux? Voici ce que tu dois connaître: Médite leur message et prépare ton choix. Leurs mains portent sur toi l'ombre que tu devines. Le Narcisse Des mains pleines de maux sont bien des mains divines. Une auguste rancune est l'âme de leurs lois N'appelle point la foudre vengeresse: Tout le ciel contre toi gronde comme une mer.

Courbe ton front, Narcisse: Le Narcisse O Justice Je sens dans leur voix implacable L'affront que fait aux dieux le désir le plus pur Ma Fontaine lucide, ils n'ont qu'un fleuve obscur Pour témoin ténébreux de leur toute-puissance Mais mon âme est plus grande en désobéissance. Plus admirable est mon essence Fontaine, ma fontaine, ô transparent tombeau De maint oiseau blessé qu'ensevelit ton sable.

L'âme qui mire en toi Narcisse insaisissable Médite amèrement le malheur qu'il soit beau. Une forme parfaite est-elle donc un crime? La plus sincère amour 2 veut-elle une victime Qui expie une fois tant d'incestes aux cieux? A mon dédain des dieux, pourrais-je rien changer? J'aime ce que je suis, Je suis celui que j'aime: Qui sauverais-je donc qu'un autre que moi-même Si j'immolais Narcisse à l'amour étranger? O Nymphes, j'appartiens à mon divin danger: Je ne vous puis aimer que je ne me trahisse Le Styx est un fleuve des enfers..

Amour est ici exceptionnellement au féminin. Son attitude lui attire les foudres de plusieurs nymphes, dont Echo, qui réclament vengeance. Excusez-moi, renato, je suis à table. Bloom, je le sais, et je plaisantais à moitié, voulant dire: Je connais assez bien le théâtre attesté de Marlowe,- qui lui suffit.

Une chose est sûre: Peu importe que cela semble plus criant en littérature. Pour la littérature, la prolifération des médias aidant, chacun peut y aller de sa petite page de roman. Dans leur majorité, les scénarios des romans sont bâtis sur le haut ou le bas des fortunes.

Bien avant les surréalistes, Stendhal a compris la force révolutionnaire de la passion. Mais est-ce que nous ne commençons pas à nous répéter, à défaut de lire les commentaires des autres? Marc Court et Paul Edel surtout sur Flaubert ont fait, à mon sens, les seules remarques nouvelles. Il y a bien autre chose. Tous deux montrent des êtres en quête de leur vérité personnelle, se débattant dans les rouages de la mécanique sociale. La question serait de savoir avec quelle partie de lui-même au juste il rompt.

Balzac est très flaubertien , au fond: Entre et , Sainte-Beuve sera passé à côté de presque tous les grands textes du Romantisme français. En poésie, il a ignoré Nerval, réduit Baudelaire à une caricature, méprisé les grands recueils de Hugo. Sainte-Beuve aurait-il pu jouer ce rôle? Dans mon souvenir, avec Illusions Perdues, Balzac rompt en partie avec lui-même, pour aborder à autre chose.

Qui ne pourrait en dire autant? Que de choses vues par ailleurs! Il faut dire que les vers que cite Sainte Beuve pour les louer nous parlent souvent assez peu. Ils dînent souvent ensemble.

Ils sont reçus ensemble chez la princesse Mathilde. Le cercle des gens avec lesquels je peux causer se rétrécit. Il est mort sans en connaitre une ligne.. Renato, vous vous méprenez. A la fin du livre, Frédéric, ayant beaucoup dépensé, fera avec ce qui reste, voila tout. On est passé à autre chose. Donc on en parle pas, on les sous-entend: Cela dit, je ne fais pas de morale. Elle est à prendre ou à laisser. Il a considéré le romantisme comme une sorte de vernis posé sur des matières plus ou moins scabreuses.

On ne peut pas lui donner complètement tort sur ce point non plus. Flaubert, Maupassant, Huysmans et compagnie ont fait sauter le vernis. Pour bien le connaître, il faudrait lire les autres critiques du temps, et notamment ce Pontmartin à propos duquel J.

Chaloux 7h29 Entre les deux pôles suivant et repérés dans la vie vraie ,pas celle des romans drames tragédies,comédies,tragi-comédies,un aiguillon soit au manque soit à la quête qui indiffère rarement. Ce que vous proposez pour Balzac ressenti et jugé par Sainte-Beuve est convaincant. On ne peut tout de même pas attribuer tous les maux de la littérature à Sainte Beuve. Il y a bien un fond de vulgarité chez Balzac. Modernité, certes mais sonnante et trébuchante dans tous les cas.